Souvenir soudain

   Je me promenais dans quelque rue étroite du centre-ville quand cette fille qui marchait devant moi m’aperçut dans une vitrine. Tout de suite, elle se retourna, pleine de certitudes.

   « Toi, tu es l’homme de ma vie ! » s’était-elle écriée à mon attention. (Sans prendre soin, vous l’aurez remarqué, d’user de courtoisie. Ni bonjour, ni présentation, ni vouvoiement.)

   À l’époque, j’étais avec une amie depuis deux ans. Je l’aimais et, bien que cette fille devant moi fût jolie, je voyais mal comment cela aurait pu être rendu possible. Surtout que le « à vie » est quelque chose d’assez sérieux.

   Hé bien, il ne s’est jamais rien passé – je peux vous le dire, maintenant. Je l’ai renvoyée à ses occupations, lui expliquant gentiment que mes intérêts se plaçaient ailleurs et la menaçant d’en alerter quelques policiers si elle persistait à me suivre et me poursuivre de ses ardeurs amoureuses. (J’agis ainsi au terme de trois longues heures de patience et m’estima à l’époque, et aujourd’hui encore, bien servile et courageux d’avoir su résister à des penchants colériques si longtemps.)

   N’allez pas croire cependant que nous nous soyons revus par la suite, que le destin nous ait réunis et joints à jamais comme dans sa prédiction d’alors. Non. Pas d’amour de ce genre, pas même, de ma part, de pensée nostalgique et émue de ce moment. Sans doute m’a-t-elle oubliée à son tour – je n’ai aucunement la prétention d’être aussi marquant. Je n’ai pas, non plus, eu à concéder un rein, ni sang, ni plaquettes. Je suis plutôt mauvais citoyen dans ce type d’exercice. Aussi n’ai-je jamais pu lui apporter vie par ce biais là.

   Non. Nulle prédiction. Rien qu’un phantasme soudain, et aussi éphémère qu’il fut violent. Mais l’histoire s’arrête bien là. Je tenais juste à vous la faire partager.

   Allez savoir pourquoi elle me revient en mémoire le jour où ma fille naît ? Mystère.

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Critica |
Dolunay |
"Le Dernier Carré" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'anatra littéraire
| Les amis d'Athéna
| La Rose Rouge