Babiller

Verbe invariable, onomatopée: parler beaucoup à propos de rien et pas beaucoup plus; bavarder. En découle:babillage, nom masculin qui exprime l’action de babiller; et babillard(e), adjectif et nom en littérature qui détermine le bavard lui-même.

Ainsi, quand votre ami vous raconte toute l’étendue de sa vie, qu’il exprime la complexité de ses sentiments, qu’il y associe quantité d’événements inutiles, et qu’il ne cesse de s’écarter de l’information essentielle qu’il est supposé vouloir vous communiquer; quand votre ami vous raconte tout cela à la vitesse de l’ennui et bien qu’il le condense de manière à ce que le contenu puisse être entendu en moins de deux heures; le fait que vous sachiez déjà 90% de ce qu’il vous annonce peut vous pousser à dénoncer une certaine forme de babillage. Car ce qu’il vous dit ne vaut rien (en terme d’intérêt personnel), ou guère plus.

Par contre: La récréation commençait. Le petit-Jean avait rejoint son camarade, Bertrand, de la cinquième classe. Ils se connaissaient depuis leur toute première enfance; voisins comme cochons, s’étaient souvent salis ensembles. Cette fois, cependant, leur projet devait les amener à rester propres, si ce n’était le pantalon, à hauteur des genoux. Ils cherchèrent un instant, finirent par repérer un trou naturellement creusé dans le sol, et ouvrirent chacun leur propre sac de billes. Le premier commença: d’un geste ample, il lança sa bille qui, après avoir effectuée une trajectoire courbe, alla se figer à quelques centimètres de l’objectif seulement. Le second, profitant d’un sol assez lisse, se contenta de laisser glisser sa bille qui atteignit tranquillement mais sûrement son but. Bertrand se mit en colère tandis que petit-jean exultait. Que pouvait-il dire cependant? Après tout, aucun des deux n’avait interdit le babillage… C’est pas bon! Le babillage n’est en aucun cas la contraction des mots « bas » et « billage », d’autant que le « billage » n’est pas l’action de jouer au billes.

Publié dans : bon, ensuite..., Un jour des mots |le 26 mars, 2007 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Critica |
Dolunay |
"Le Dernier Carré" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'anatra littéraire
| Les amis d'Athéna
| La Rose Rouge