Abbatial

En tant qu’adjectif: relatif à toute sorte de choses, plus précisément à l’abbé, l’abbesse, ou encore l’abbaye (1). En tant que nom féminin, l’abbatiale est l’église même de l’abbaye (2).

Ainsi dirait-on: l’homme de foi était arrivé au terme de son long pélerinage. Devant lui se dressait l’abbaye, enfin! Il ne prit ni le temps de se nourrir, ni le temps d’un repos, et alla, décidé, se recueillir à l’abbatiale. Aussi marcha-t-il encore, lentement, souffrant, mais vers elle, vers son but. Il n’avait guère le temps de répondre à des besoins primaires, les blessures de son âme l’obsédant, il devait les résoudre. Mais le corps est machine imparfaite et il cède, parfois, à des moments cruciaux. L’homme s’écroula devant la grande porte en bois de chêne, mort, laissant derrière lui, inviolable secret, les raisons de sa quête (2).

Mais non: Tandis qu’elle me parlait, comme toutes, de choses futiles, moi, euphorique, me noyait dans ses yeux abbatiaux. Quelle joie de vivre de tels instants! Et je souhaite à tout le monde de connaître un jour au moins ce plaisir égoïste, cette jouissance providentielle (1). (mémoire d’un abbé macho) ça va pas! Rien ne va!

Publié dans : Avant tout, Un jour des mots |le 21 mars, 2007 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Critica |
Dolunay |
"Le Dernier Carré" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'anatra littéraire
| Les amis d'Athéna
| La Rose Rouge