Abattu

En tant qu’adjectif, ce mot signifie: découragé, prostré; on le sait. Mais en tant que nom masculin, il désigne, plus rare, la position du chien d’un fusil désarmé.

Donc, correct est: Malgré la distance, il ne fallut qu’un regard au tueur pour constater que le chien de fusil de Walliny Joe était en abattu. Il fonça alors sur notre héros, avec toute sa haine, criant, injuriant. Ce dernier, en grand professionnel du suspens, attendit le tout dernier instant pour dégainer son colt qu’il tenait discrètement caché sous la ceinture. Mal lui prit pourtant de jouer de nonchalance: il s’éffondra sur le sol, poignardé, mettant fin ainsi à une histoire prometteuse…

Par contre, ne vous attendez pas à des louanges de la part de vos lecteurs si vous écrivez: Le chien attendait. Pourtant son maître hésitait. Il est vrai que ce dernier n’avait jamais aimé le sang. Il finit d’ailleurs par décharger le fusil, laissant là, insatisfait, le chien dans un abattu caractéristique de ceux de son espèce quand l’enthousiasme vient à leur manquer, laissant au loin, naïf, le grand cerf disparaitre.

Publié dans : Avant tout, Un jour des mots |le 15 mars, 2007 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Critica |
Dolunay |
"Le Dernier Carré" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'anatra littéraire
| Les amis d'Athéna
| La Rose Rouge