Abattre

Verbe transitif, du latin abbattuere, qui exprime l’action de faire tomber; renverser, tel un arbre ou un mur (1). Tuer un animal ou, plus familièrement, assassiner un homme (2). Ôter les forces physiques ou morales, comme abattre le courage de quelqun (3). Et l’expression abattre du travail consiste à accomplir beaucoup et rapidement.

Verbe intransitif utilisé en marine lors de l’exécution d’une abattée d’un navire (mouvement ou le navire tourne autour de son axe).

S’abattre: tomber comme la pluie qui s’abat sur les passants ou le cheval sur le sol quand l’obstacle est trop grand.

On peut donc citer le proverbe: « il faut abattre à la battue pour débusquer volaille, qu’il faut abattre à la battue avant d’en faire des abattis. » Bien que peu de volaille fréquente les bois (1) et (2).

Parcontre, on ne dit pas: Il essuya le rejet de sa belle. Désespéré mais toujours pragmatique, il alla abattre sa peine dans les bras d’une autre (3). A priori, on ôte pas les faiblesses avec ce verbe.

Publié dans : Avant tout, Un jour des mots |le 11 mars, 2007 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Critica |
Dolunay |
"Le Dernier Carré" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'anatra littéraire
| Les amis d'Athéna
| La Rose Rouge