Abattis

Nom masculin qui désigne une coupe faite dans un bois, dans une forêt (1); les pattes, la tête, le cou, le ailerons, le foie et le gésier d’une volaille (2); accessoirement: les bras, les jambes, les mains ou les pieds de l’homme dans un langage populaire (3); chez les militaires, il s’agirait plutôt d’un obstacle fait d’arbre inclinés ou abattus (4).

Conte: le bois à l’âme-aussi-pendue-que-sa-langue avait besoin d’un peu d’air. Sa végétation était si dense que nul ne le fréquentait plus et cela le contrariait car il aimait grandement la présence humaine, surtout celle des enfants. Aussi est-ce tout naturellement qu’il proposa au bucheron local le troc de son bois contre le rafraîchissement d’un petit abattis.

Les abattis avant du boucher s’activaient sur la poulaille. A la manière du chirurgien un peu noir, tout à son occupation, l’homme était penché sur la bête et ne relevait la tête que pour sortir appendice ou organe. Patte, aileron, cou, foie, tout y passait, transformant à chaque pièce un peu plus, la volaille en abattis: sa destinée (2) et (3).

Non: Le soldat courrait, courrait, courrait, laissant derrière lui ses camarades et la folie sanguinaire, fuyant ses souffrances, il courrait. Mais nul n’à le droit de déserter en plein nerf de la guerre, mieux vaut encore mourrir au combat, ou bien se suicider. Lui avait fuit, il allait payer, la sanction serait un exemple pour tous et pour plusieurs générations. Le haut commandement usa alors de tous ses abattis, allant même juqsqu’à fouiller la région par vision satellite (4). Non.

Publié dans : Avant tout, Un jour des mots |le 10 mars, 2007 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Critica |
Dolunay |
"Le Dernier Carré" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'anatra littéraire
| Les amis d'Athéna
| La Rose Rouge