Même les dieux n’y peuvent rien

Le vide se fait naître                                                      

Et rumine entre ses parois                                              

Rien ne le fait disparaître                                            

Pas même la croix

Evengile et tout le bataclan                                          

Rien ne saurait le rendre néant                                     

Hormis peut-être du pain…                                             

Bref, j’ai faim.

Publié dans : Poèmes |le 15 janvier, 2007 |2 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

2 Commentaires Commenter.

  1. le 1 février, 2007 à 23:43 claire écrit:

    Bonne chance pour ton blog, l’homme de la foret,
    Si tu te perds en route, tu sais qui appeler.
    Il suffira d’un ouf,
    d’un aie,
    d’un aouch,
    d’un hum!,
    d’un hoéé,
    et Abracadabra! La soeurette sera!

  2. le 9 février, 2007 à 12:01 lhommedelaforet écrit:

    ‘ci.

Laisser un commentaire

Critica |
Dolunay |
"Le Dernier Carré" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'anatra littéraire
| Les amis d'Athéna
| La Rose Rouge