Le conte des démesures superficielles

Il était une fois dans un royaume vert de prairies et de bois, un jeune homme nommé François… Mais de l’entière contrée, il souffrait d’un corps imparfait. En effet, de l’endroit, lui seul dégoûtait par son poids. Triste était-il, le jeune homme, haut de son mètre quatre-vingt, pesant soixante dix kilos, il n’était lourd d’aucun embompoint…

Publié dans : Petits contes |le 10 janvier, 2007 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Critica |
Dolunay |
"Le Dernier Carré" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'anatra littéraire
| Les amis d'Athéna
| La Rose Rouge